Le blogueur fait-il des ratures ?

Comment fait-il le blogueur ? Ecrit-il à la main ? Pose-t-il ses idées sur la papier ? Dans un carnet ou sur une page toute neuve. Page blanche, colorée, à lignes ou à carreaux.

Ou préfère-t-il l’ordinateur ? Qui efface toute rature et fait disparaître ses hésitations. Mots trop vite apparus, qu’il cherche ensuite à rendre plus beaux, plus présentables.

Mots raturés, biffés, condamnés d’un trait vif ou masqués sous d’épais coups de crayon. Ensevelis. Pour qu’on ne les voie plus. Parfois, il leur laisse un peu d’air pour respirer. Au cas où il voudrait les retrouver.

 

Mais qu’avaient-ils à dire ces mots raturés ?

 

Le blogueur est-il pressé ?

L’écran lui simplifie la vie. A deux mains, il tape à toute vitesse sur le clavier, relit puis efface les mots en trop. Ceux qui surgissent à flot. Trop durs à dompter sur le papier. Là, ils s’ordonnent tout seuls sur les lignes droites de l’ordinateur. Calme plat. L’écran joue bien son rôle. Tour de contrôle de sa pensée.

Le papier lui se tapit sous sa main. Prêt à recevoir les mots qu’on veut bien lui donner. Il risque même d’en avoir trop, de s’engorger, se gondoler. Le blogueur va les chasser, les laisser filer avant qu’ils ne soient trop parlants. Criants de vérité.

Le blogueur préfère tapoter. Faire glisser ses doigts sur le clavier. Pas besoin de chercher les touches, ils y vont tout seuls et obéissent à sa pensée.

Et c’est toujours le même qui se charge de faire disparaitre… la rature. *** Effacée***Delete***

Plus aucune trace…

Volatilisée à tout jamais, la rature ne reviendra plus le titiller.

Faute, erreur, maladresse ou élan pur ?

Armure de l’écriture.

Elle n’a pas eu le temps de dire son dernier mot la rature,

au risque de resurgir…

 Et vous, papier ou clavier ?