Entreprendre, se réinventer sans cesse

Face aux entrepreneurs qui démarrent ou qui vivent l’aventure depuis peu, lorsque je dis que j’attaque ma 13ème année, beaucoup pensent que les rouages sont huilés, les choses établies, les discours bien rodés. Bref, le ronron…

Loin de là, fort heureusement. Les interrogations, les doutes, les remises en question sont toujours aussi fréquents et intenses. Car entreprendre est une partition qui s’écrit chaque jour. A la recherche du bon tempo. Une succession de rythmes emballés et de plages silencieuses, de graves et d’aigus, de pauses et de respirations.

Certes l’expérience est là, à la fois technique et humaine. Les fondations sont posées, la vision plus claire, mais rien n’est figé. Tout évolue constamment. Le marché, l’environnement, les usages, les comportements, les envies, les motivations.

Car entreprendre, c’est faire partie d’un tout. Apporter sa créativité, son expertise à d’autres entreprises. Un échange de savoirs, de produits et services dans un vaste éco-système où tous les éléments sont interconnectés et interagissent. Alors, il faut être capable de détecter les signaux faibles, les soubresauts et mutations pour adapter sa trajectoire, réviser ses plans et bifurquer avant que le vent ne tourne.

 

Les oreilles et les yeux baladeurs

Avoir les antennes constamment dressées. Les yeux, les oreilles toujours à l’affût. Certainement la plus grande qualité à développer pour entreprendre. Car c’est bien le terrain, les clients qui nous dictent la voie à suivre.

Et cela ne suffit pas d’être en veille par rapport aux évolutions dans son propre secteur d’activité. Avoir une vision élargie, c’est être curieux de ce qui se fait ailleurs, dans d’autres secteurs, d’autres pays. Pour en tirer le meilleur et transposer les bonnes idées à sa propre activité.

Oser frotter ses idées à des personnes d’univers totalement différents. Car ce qui a fonctionné durant une période peut, tout à coup, ne plus trouver d’écho. Les mutations sont de plus en plus rapides.  Les cycles se raccourcissent. La lassitude gagne très vite les consommateurs, la “zappitude” devient reine. Il faut innover, se réinventer.

 

Innover, avant tout un état d’esprit

Pas besoin de grandes prouesses technologiques pour innover. Innover est à la portée de tous. Et surtout indispensable. Cela se traduit certes par la création de nouveautés mais aussi par de subtils ajustements : changer d’approche, packager son offre différemment, ré-aiguiller ses cibles, reformuler sa communication, sortir d’un environnement connu, s’ouvrir à d’autres façons de penser pour élargir son propre spectre.

Innover est avant tout un état d’esprit. Ecouter son intuition, suivre ses propres convictions, se faire confiance. Tout en sachant s’entourer de personnes qui partagent la même philosophie. Ceux qui agissent et croient en l’action.

Imaginer, expérimenter de nouveaux concepts et surtout les mettre en application.  Car il n’y a qu’en testant, en se confrontant à la réalité terrain sur nous pouvons avoir un retour concret. Bien-sûr, cela nécessite de prendre des risques, de ne pas redouter de se tromper.

Agir, la seule et unique façon d’avancer.

Savoir appuyer sur “Pause”

Etre à l’écoute du marché, être créatif et s’ouvrir à de nouvelles perspectives nécessite de savoir appuyer sur “PAUSE”. Faire un peu le silence en soi et autour de soi. Marquer des temps d’arrêt. Et c’est souvent lorsque nous nous y attendons le moins, lorsque nous débranchons le cerveau “cartésien” que le cerveau “créatif” prend le relais. Il nous envoie alors des flashs, des éclairs furtifs comme des évidences.

Moi c’est en nageant, en marchant, en visitant une expo… Mais rarement devant mon ordinateur. Travailler hors murs, glaner des idées en s’inspirant de domaines totalement différents sans se cantonner à son propre univers, s’entourer de gens passionnés et écarter les rabat-joie. Apprendre à laisser venir les idées, ne pas les refouler lorsqu’elles affluent est une habitude à cultiver. Avec un petit carnet toujours à portée de main, cueillir les idées dès qu’elles se présentent. Les noter et ainsi toutes ces idées les unes à la suite des autres s’imbriqueront et dessineront quelque chose de cohérent. Comme pour souffler et ouvrir une nouvelle voie.

 

Et vous, comment faites-vous pour réinjecter de la nouveauté dans votre activité ?

Partager

Béatrice Pasquer

Depuis 2004, j'accompagne les entrepreneurs et dirigeants à bâtir, faire grandir leur activité et communiquer sur le Web, en cohérence avec qui ils sont. Ma marque de fabrique : faire émerger, révéler votre singularité, la mettre en mots et en images. En partant toujours de la racine, de ce qui vous rend unique, pour le rendre visible, palpable, reconnaissable. Et que vous l'incarniez pleinement.